• 4. UNE MAISON DIVISEE

    Une maison divisée
    Par Ihaleakala Hew Len, Ph.D.


    Une maison divisée contre elle-même ne peut tenir debout. C’est vrai pour les nations, les communautés, les organisations et les familles, aussi bien que pour les individus. Dans la Maison de l’Humanité, l’individu est le dénominateur commun. Quand l’individu est divisé, la maison est divisée.

    Dans le jeu du tennis, le système anglais de comptage des points  est : Amour (Love*), 15, 30, 40, jeu. Le jeu commence avec l’Amour. Dans l’étymologie du mot, l’Amour n’est ni le résultat, ni l’enjeu, il sert simplement à ramener l’individu à l’Amour de rien, à la totalité.
    * NDT : Love, apparemment serait une ancienne traduction du mot français "l’œuf ", ressemblant à un ZERO et signifiant ainsi le début de la partie.

    Le procédé consiste à évacuer la colère, la peur, la culpabilité, le ressentiment, les formes pensées empoisonnées et les énergies toxiques qui divisent le mental, la maison de l’individu, provoquant la chute dans la l’inharmonie et dans la maladie.     


    Le but de la vie est de retourner à l’Amour, instant après instant. Pour atteindre ce but, l’individu doit comprendre et accepter qu’il est responsable à 100% de la vie qu’il se crée. Il doit réaliser que ce sont ses propres pensées qui créent sa vie telle qu’elle est, instant après instant. Les problèmes ne viennent pas des gens, des lieux ou des situations mais bien des pensées liées à ces sujets. Il doit prendre conscience qu’il n’y a rien qui ressemble d’aucune façon à "en dehors". Les gens, les lieux et les situations existent seulement comme il les pense.

    Un problème, c’est une mémoire toxique qui se répète, ce que Shakespeare décrit comme un "gémissement gémit par avance". Une mémoire toxique qui se répète, divise le mental contre lui-même, contre l’Amour. La version révisée du Ho’oponopono est un processus de repentance, de pardon et de transmutation, une demande à l’Amour de vider et de prendre la place énergétique de la mémoire toxique. L’amour accomplit cela en circulant à travers le Mental, en commençant par le Mental Spirituel, la Super Conscience. Il continue son circuit à travers le Mental intellectuel, le Mental Conscient, en le libérant des énergies de pensée. Finalement, il se déplace dans le Mental Emotionnel, le Subconscient, vide les pensées d’émotions toxiques et les remplace par lui-même.

    Voici un outil de pensée purificateur que chacun peut utiliser pour vider les énergies toxiques de ses pensées.

    Penser mentalement : "J’allume la Lumière dans mes pensées au sujet de moi-même, de ma famille, de mes proches et de mes ancêtres". Il n’y a aucune limite à l’utilisation de cet outil. C’est une prière faite à l’Amour, lui demandant de nettoyer les pensées toxiques qui divisent votre Mental, votre maison, au sujet de vous-même, votre famille, vos proches et vos ancêtres.

    Le but de la vie n’a pas changé avec l’arrivée du nouveau millénaire ! Il est et sera toujours le même:
    Etre restauré à l’Amour instant après instant. L’accomplissement de ce but requiert la responsabilité individuelle absolue. Il requiert la conscience du vrai problème qui divise d’abord l’individu, puis en second, tout ce qu’il y a autour. Une maison divisée contre elle-même ne peut pas tenir debout.

    The Foundation of I, Inc. (Freedom of the Cosmos) est une association à but non lucratif américaine, exemptée d’impôts.
    La Fondation accepte les contributions ponctuelles aussi bien que les dons de charité annuels, les actions immobilières,
    les bons et autres biens matériels.
    Les dons sont déductibles des impôts, dans la mesure autorisée par les lois fiscales des USA.
    La Fondation peut apporter son aide en cas de legs, rentes annuelles et autres.


    Lien vers le site Hoponopono France:
http://hooponoponofrance.org/
    le lien vers le site original en anglais:
http://www.hooponoponotheamericas.org/articles.htm
     

    « 3.L’ANCIEN ENSEIGNEMENT HAWAÏEN DU HO’OPONOPONO : LE MARIAGE 6. AUTO-IDENTITÉ À TRAVERS LE HO’OPONOPONO »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter