• "Ce qui est bouleversant, c'est que quant tout est détruit, il n y a pas la mort et le vide comme on le croirait, pas du tout. Je vous le jure. Quand il n'y a plus rien, il n'y a que l'Amour. Il n'y a plus que l'Amour. Tous les barrages craquent. C'est la noyade, l'immersion. L'amour n'est pas un sentiment. C'est la substance même de la création... Je croyais jusqu'alors que l'amour était reliance, qu'il nous reliait les uns aus autres. Mais cela va beaucoup plus loin ! Nous n'avons pas même à être reliés : nous sommes à l'intérieur les uns des autres. C'est cela le plus grand vertige... de l'autre côté du pire t'attend l'Amour. Il n'y a en vérité rien à craindre. Oui, c'est la bonne nouvelle que je vous apporte."

    Derniers fragments d'un long voyage. Christiane Singer

     

    Quand il n'y a plus rien, il n'y a que l'Amour


    votre commentaire
  • N'essayez pas d'être vertueux

    Voici un extrait de l'Agenda de Mère, la compagne de Sri Aurobindo qui définit ce qui représente pour moi le "véritable Pardon":

    "Et ça correspond à un état où l'on s'identifie si parfaitement à tout ce qui est, qu'on devient tout ce qui est anti-divin, d'une façon concrète, et qu'on peut l'offrir – qu'on peut l'offrir, qu'on peut vraiment le transformer par l'offrande.

    Au fond, dans les hommes, c'est cette espèce de volonté de pureté, de Bien (qui se traduit dans la mentalité ordinaire par le besoin d'être vertueux) qui est le grand obstacle au vrai don de soi. C'est à l'origine du Mensonge, et surtout c'est la source même de l'hypocrisie: le refus d'accepter de prendre sur soi sa part du fardeau des difficultés. Et c'est cela que Sri Aurobindo a touché dans cet aphorisme, tout droit, d'une façon très simple.

    N'essayez pas d'être vertueux. Voyez à quel point vous êtes uni, UN avec tout ce qui est anti-divin, prenez votre part du fardeau, acceptez d'être, vous-même, impur et mensonger, et, comme cela, vous pourrez prendre l'Ombre et la donner. Et dans la mesure où vous êtes capable de la prendre et de la donner, alors les choses changeront.

    N'essayez pas d'être parmi les purs. Acceptez d'être avec ceux qui sont dans l'obscurité, et dans un amour total, donnez tout ça."

    L'agenda de Mère, volume 3. (21 janvier 1962)

     

    Une belle définition du Véritable Pardon

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Albert Einstein :« L’Amour est la seule et la dernière réponse. »

    « Peut-être nous ne sommes pas prêts à faire une pompe de l’amour, un appareil assez puissant pour détruire toute la haine, l’égoïsme et la cupidité qui affligent la planète. Cependant, chaque individu porte à l’intérieur de lui un petit mais puissant générateur d’amour dont l’énergie est en attente d’être libérée.»

    À la fin des années 1980, Lieserl, la fille du célèbre génie Albert Einstein, a donné 1 400 lettres des Einstein à l’Université hébraïque, avec l’ordre de ne pas rendre publique son contenu jusqu’à vingt ans après sa mort.

    (Nous n’avons pas trouvé de sources sérieuses en français sur le net à propos de ces lettres)

    Albert Einstein – Sa lettre à sa fille Lieserl *

    « Lorsque j’ai proposé la théorie de la relativité, très peu m’ont compris, et ce que je vais vous révéler maintenant que vous transmettez au site rentre en collision aussi avec l’incompréhension et les torts du monde. »

    Malgré cela, je vous demande d’attendre le temps nécessaire avant publier, jusqu’à ce que la société ait avancée assez pour tenir compte de ce que j’explique ci-dessous.

    Il y a une force extrêmement puissante pour qui jusqu’à présent, la science n’a pas trouvé une explication officielle. C’est une force qui comprend et régit toutes les autres et est même derrière tout phénomène qu’elle opère dans l’univers et qui a été identifié par nos soins. Cette force universelle est l’Amour.

    Lorsque les scientifiques étaient à la recherche d’une théorie unifiée de l’univers, ils ont oublié la plus invisible et la plus puissante des forces:

    L’Amour est Lumière, parce qu’il éclaire celui qui s’y donne et la reçoit. L’Amour est gravité, car elle rend certaines personnes attirées par l’autre. L’Amour est la puissance, car elle démultiplie la meilleure chose que nous ayons et permet que l’humanité ne s’éteigne pas dans son égoïsme aveugle. L’Amour révèle et se révèle. Par l’Amour, meurt et vit. L’Amour est Dieu, et Dieu est Amour.

    Cette force explique tout et donne son sens premier à la vie. Il s’agit de la variable que nous avons ignoré pendant trop longtemps, peut-être parce que l’Amour nous fait peur, puisque c’est la seule énergie de l’univers que l’homme n’a pas appris à gérer à sa guise.

    Pour donner une visibilité à l’Amour, j’ai fait une simple substitution dans mon équation célèbre. Si, au lieu de E = mc2 nous acceptons qu’il peut être obtenu par l’énergie le pouvoir de guérir le monde à travers l’Amour multiplié par la vitesse de la lumière au carré, nous arrivons à la conclusion que l’Amour est la force la plus puissante qui existe, car il n’a pas de limites.

    L’Amour est la seule et la dernière réponse.

    Après l’échec de l’humanité dans l’utilisation et le contrôle des autres forces de l’univers, qui se sont retournés contre nous, il est urgent que nous nous nourrissions d’un autre type d’énergie. Si nous voulons que notre espèce survive, si nous voulons trouver un sens à la vie, si nous voulons sauver le monde et chaque être sensible dans la vie, l’Amour est la seule et la dernière réponse.

    Peut-être nous ne sommes pas encore prêts à fabriquer une « pompe d’Amour », un appareil assez puissant pour détruire toute la haine, l’égoïsme et la cupidité qui affligent la planète. Cependant, chaque individu porte à l’intérieur un petit mais puissant générateur d’Amour dont l’énergie est en attente d’être libéré.

    L’Amour est la quintessence de la vie.

    Lorsque nous apprenons à donner et à recevoir cette Énergie universelle, chère Lieserl, nous pouvons vérifier la puissance de cette formule. Car l’Amour est toujours vainqueur, il transcende tout et peut tout faire, parce que l’Amour est la quintessence de la vie.

    Je regrette vivement de ne pas pouvoir exprimer ce qui dans mon coeur, a palpité silencieusement pour vous toute ma vie. Il est peut être trop tard pour demander pardon, mais comme le temps est relatif, j’ai besoin de vous dire : je t’aime et merci à vous, je suis arrivé à la dernière réponse.

    Votre père : Albert Einstein ».

    * Traduit et remis en forme par la rédaction

    http://theosmunda.re/albert-einstein-lettre-a-sa-fille-lieserl/

     


    votre commentaire
  • Si tu ne t’aimes pas toi-même, tu ne pourras jamais aimer quelqu’un d’autre. Si tu ne peux pas te traiter avec tendresse, tu ne peux pas non plus traiter les autres avec tendresse. C’est psychologiquement impossible.

    Tu traites les autres comme tu te traites toi-même. C’est un fait, accepte-le. Si tu te détestes, tu détesteras aussi les autres; de fait, on t’a appris à te détester ! Jamais, personne ne t’a dit : « aime-toi toi-même ! ». L’idée elle-même semble absurde : s’aimer soi-même ? L’idée elle-même n’a pas de sens ! On pense toujours que pour aimer, on a besoin de quelqu’un d’autre. Mais si tu n’apprends pas à t’aimer toi-même, tu ne pourras pas non plus aimer les autres.

    On t’a conditionné en te répétant sans arrêt que tu ne vaux rien. On t’a dit et on t’a démontré de toutes les façons possibles, que tu es indigne, que tu n’es pas comme tu devrais être, que tu n’es pas acceptable tel que tu es. Il y a beaucoup de « tu devrais » qui pèsent sur ta tête, et ces « tu devrais » sont quasiment impossibles à satisfaire. Et quand tu ne peux pas les satisfaire, quand tu n’y arrives pas, tu te sens maudit. Une haine profonde surgit envers toi.

     

    Le premier pas est de t’accepter tel que tu es. Laisse tomber tous les « tu devrais ». Ne trimbale aucun « tu devrais » dans ton coeur ! Tu n’as pas à être quelqu’un d’autre, tu n’as pas à faire autre chose que ce qui t’es propre. Tu as juste à être toi-même. Détend-toi et sois seulement toi-même. Respecte ton individualité, et aie le courage d’apposer ta propre signature. Cesse de copier les signatures des autres.

    Quand tu n’essayes pas de te convertir en quelqu’un d’autre, alors, simplement tu te détends; et c’est alors que la grâce surgit. Tu te sens plein de dignité, de splendeur, d’harmonie… Parce qu’alors il n’y a pas de conflit ! Nulle part où aller, aucune raison de lutter, rien à forcer, à t’imposer violemment. Tu deviens innocent.

    Dans cette innocence, tu as de la compassion et de l’amour pour toi. Tu te sens tellement heureux, que même si Dieu venait frapper à ta porte et qu’il te dise : « Aimerais-tu te convertir en quelqu’un de différent ? » Tu dirais : « T’es devenu fou ? Je suis parfait, merci ! Surtout ne change rien en moi, je suis parfait comme je suis. »

    Si tu vas voir une peinture de Picasso et que tu dis : « Ça, ça ne va pas… et ça, ça ne va pas non plus… et cette couleur aurait dû être comme ça… », tu renies Picasso ! Quand tu dis : « Je devrais être comme ça », tu tentes de perfectionner Dieu ! Ce que tu dis c’est : « Tu t’es planté, j’aurais dû être comme ceci… et tu m’as fait comme cela ! » Tu essayes de perfectionner Dieu ! Ce n’est pas possible. Ta lutte est inutile, tu es condamné à l’échec.

    Et plus tu échoues, plus tu te détestes. Plus tu échoues, plus tu te sens maudit. Plus tu échoues, plus tu te sens impuissant. Et de cette haine, de cette impuissance, comment pourrait surgir la compassion ? La compassion surgit quand tu es parfaitement centré. Dis plutôt : « Oui, c’est comme ça que je suis ». Et sans idéaux à satisfaire, aussitôt, la plénitude est là !

    Les roses fleurissent merveilleusement parce qu’elles n’essayent pas de se convertir en lotus. Et les lotus fleurissent merveilleusement parce qu’ils n’ont pas entendu d’histoires d’autres fleurs. Tout dans la nature fonctionne à merveille, en harmonie, parce que nul n’essaye d’entrer en compétition avec qui que ce soit d’autre, nul n’essaye de se convertir en qui que ce soit d’autre. Tout est comme il se doit.

    Comprend juste ce point ! Sois juste toi-même et rappelle-toi que, quels que soient tes efforts, tu ne peux être nul autre que celui que tu es. Alors détends-toi. L’Existence a besoin de toi tel que tu es.

    S'aimer soi-même

    Il n’existe que deux chemins : l’un, c’est de te rejetter – ou de te condamner – mais au fond de toi tu continueras d’être le même, tu seras toujours le même. L’autre, c’est de t’accepter, de lâcher-prise en jubilant, en te réjouissant, et là aussi, tu seras toujours le même. Ton attitude peut-être différente, mais au fond de toi tu seras toujours la personne que tu es. Dès que tu t’acceptes, la plénitude surgit.

    Osho


    votre commentaire
  •  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Texte traduit de l'espagnol, du blog "El ciel y la tierra" de Emilio Carrillo (http://emiliocarrillobenito.blogspot.fr)

    Les sauveurs de la création 

    Dans une rencontre plusieurs personnes lisaient un texte puis ils faisaient des réflexions, des commentaires ou posaient des questions. C’était début 2012.

    Il y eut une intervention qui signala, plus ou moins ceci :

    "On m’a dit que les extraterrestres vont venir et ils vont me sauver, moi, mais pas mon petit fils, je ne comprends pas. "

    Je ne me souviens plus qu’est-ce qui fut évoqué après, mais je me souviens de la réponse donnée, avec l’avertissement de ne pas se vexer (ce qui fut néanmoins le cas). La réponse fut que si lui savait qui il était, il n’aurait pas besoin d’être sauvé de rien ni par personne. A la fin, c’est toi Emilio qui termina avec une conclusion que appuyait cette idée précédente. C’est ainsi que je vous amène le sujet du sauvetage sur le tapis aujourd’hui. Je sais que c’est un sujet récurant que nous entendons souvent, que c’est toujours la même chose et nous donnons toujours la même réponse. Mais on dirait qu’ils n’arrivent pas à comprendre. Et je ne crois  pas que le fait de l’aborder à nouveau fera que quelqu’un comprenne. Parce qu’il ne s’agit pas de comprendre. Ce dont il s’agit est de se rendre compte de QUI JE SUIS. QUI JE SUIS?

     Nous sommes des Etres multidimensionnels en train de vivre une expérience humaine en rendant parfait ce qui semble imparfait. Et, comme tels, nous sommes parfaits et infinis, de la même façon que l’Immensité l’Est. Nous sommes par conséquent, l’Immensité même (certains l’appellent Dieu) incarnée dans un véhicule physique pour expérimenter ce que nous avons décidé individuellement (à l’intérieur de l’Immensité) de vivre dans ce jeu de la vie, dans l’éternelle existence qui n’a ni commencement  ni fin.

    Les sauveurs de la création


    Est-ce que c’est bien clair QUI NOUS SOMMES ? Au cas où ce ne le serait pas : Nous sommes Dieu même. Par conséquent, de quoi nous allons nous sauver ? De nous mêmes ? Mais si nous sommes déjà sauvés.

    Voyons voir, il est fort  probable que beaucoup de lecteurs aient vu le film Avatar. Je me réfère à lui pour donner un exemple. Chacun de nous est comme le protagoniste du film qui rentre dans une capsule et voyage en rentrant (en s’incarnant) dans le corps d’un Na’vi, espèce d’humanoïde de la planète Pandore. A partir de là il expérimente ce qu’il veut et il peut lâcher le corps quand il veut. Il est en sureté toujours, indépendamment de ce qui arrive au corps. Car nous sommes la même chose chacun de nous. Nous incarnons nos corps humains pour la même raison, et quoi qu’il arrive, notre essence est en sureté toujours. Evidement, personne va venir nous sauver, car nous sommes déjà sauvés avant de rentrer dans ce corps physique, humain, bien sûr ; étant donné qu’il y a d’innombrables corps physiques à partir desquels nous pouvons expérimenter tout ce que l’on veut.

    Les sauveurs de la création

    Il est, donc, terriblement ridicule de penser que quelqu’un va nous sauver. Et celui qui veut croire que les religions, les politiques… sont là pour nous sauver, est en train de déposer sa liberté dans les mains des autres, restant ainsi de façon très claire sans aucune volonté dans ses actions, étant donné qu’il l’a abandonné dans les mains de la croyance que quelqu’un va le sauver de quelque chose, de ses problèmes, des circonstances ou de n’importe quoi.

    D’un autre coté, et ceci peut surprendre, la race des êtres humains (considérée du point de vue du jeu de la vie dans l’existence) est le sauveur des autres races extraterrestres qui sont partout. Car plutôt qu’être nos frères, ils sont nos progéniteurs. Ils nous ont créés pour progresser dans leur propre évolution de conscience car ils ont commis une petite erreur dans leurs passés respectifs où ils ont évité de passer par où les humains sont passés et ce qu’ils leur reste encore à passer. Dans la mesure où cette race des humains évolue, eux font de même. Par conséquent, si quelqu’un est venu sauver quelqu’un, ce sont les êtres humains qui vont sauver les autres races coincées dans certains plans de l’évolution de la conscience.  

    Bien évidement, ils ne viendront pas nous sauver de quoi que ce soit, car ils ont besoin que nous les sauvions au fur et à mesure que nous évoluons en conscience. Ce qu’ils font est de nous donner un coup de main, car ils nous ont mis dans une situation bien difficile juste pour leur propre bénéfice-sauvetage.

    Pour tout cela nous devons nous rendre compte combien nous sommes privilégiés, car nous sommes ces âmes (parties de l’immensité) si courageuses, généreuses et dévouées qui se sont prêtées à ce jeu de sauveurs, de sauver les créateurs.

    Est-ce que c’est clair que personne doit nous sauver de quoi que ce soit parce que nous sommes les sauveurs de la création du jeu de la vie dans l’existence ?

    Les sauveurs de la création

    Autor: Deéelij

    http://emiliocarrillobenito.blogspot.fr/2015/03/salvadores-de-la-creacion.html


    votre commentaire
  • Extraits de "Being in Love" – Osho

    Traduction de D. Giral

    Le premier pas pour faire cette expérience est de se débarrasser de ses parents, de ses voix parentales intérieures, de son programme intérieur. Alors vous pourrez vous libérer et être à même de ressentir de la compassion pour vos parents. Observez et rendez-vous compte lorsque l'un de vos parents est là, en train de fonctionner à travers vous. Mettez le à distance. Soyez très attentifs à votre comportement, regardez bien ce que vous faites de façon à ce que vous puissiez sortir de l'imitation. L'amour peut alors commencer à couler. 

    La seconde chose essentielle est que vous croyez que vous ne pouvez aimer une personne que si elle en vaut la peine. Vous ne trouverez jamais! Demander la perfection interdit de sentir l'amour en soi. Vous perdez votre aptitude à aimer. Les gens qui exigent la perfection ne peuvent pas aimer. Même s'ils trouvent un amoureux ils leur demandent la perfection, alors l'amour est détruit à cause de cette exigence.

    Lorsqu'un homme aime une femme, ou inversement, les exigences surviennent immédiatemment. La femme commence à demander à l'homme d'être parfait simplement parce qu'il l'aime. S'il n'y arrive pas, c'est comme s'il avait commis un péché. Dorénavant, il devra être parfait et abandonner toutes ses limitations. Soudain, et simplement à cause d'une femme ? A partir de là, il ne devrait plus être humain. Or, devenir surhumain, c'est très difficile. Alors bien des gens deviennent bizarres, faux, se transforment en tricheur.

    Si quelqu'un vous aime, soyez dans la gratitude, ne demandez rien, parce que l'autre n'a pas obligation de vous aimer. S'il vous aime, c'est un miracle, ressentez en vous le frémissement du miracle. N'attendez rien. Quand quelque chose vous arrive, allez dans la gratitude. Si rien ne vient, alors c'est qu'il n'y a rien qui doive venir, il n'y a pas de nécessité à ce que quelque chose arrive.

    Et la troisième chose : plutôt que penser à être aimé ou recevoir de l'amour, commencez à donner. Si vous donnez, vous obtenez. L'amour n'est pas du business, alors cessez de faire du business avec. L'existence n'a rien à voir avec les affaires... Les arbres fleurissent, ils n'en font pas un business. Les étoiles brillent, elles n'en font pas un business. Un oiseau vient et chante. Lorsqu'il a chanté sa chanson, alors avec bonheur il prend son envol, sans laisser de traces. C'est de cette façon là que l'amour grandit. Donnez et n'attendez pas en retour de voir combien d'amour va vous revenir.

    En résumé commencez par devenir des individus, ensuite n'attendez pas la perfection et enfin, ne demandez pas, n'exigez rien. Aimez les gens ordinaires. Rien n'est impossible avec les gens ordinaires. Les gens ordinaires sont extraordinaires! Chaque être humain est unique: ayez du respect pour cela! Et enfin, donnez, et donnez sans conditions. C'est ainsi que vous saurez ce qu'est l'amour. Alors un jour d'un état de blues surgira une rose et de l'intérieur, vous serez envahis de parfums. C'est ainsi que l'amour vient.

    L'amour est une expérience

    Du site:  http://www.terrestantriques.org/index.htm 

     


    votre commentaire
  • "Il n’existe que deux chemins :

    soit tu es conscient, dans ce cas l’amour te suit comme ton ombre ;

    soit tu es si amoureux que la conscience émerge d’elle même.

    Ce sont les deux faces de la même monnaie.

    Tu n’as pas besoin de t’inquiéter de l’autre face.

    Contente toi de tenir bien une des faces et l’autre ne pourra pas t’échapper.

    C’est inévitable que l’autre face y soit aussi.

    LES DEUX CHEMINS...OSHO (APPRENDRE A AIMER)

    Le chemin de l'amour est plus facile, plus optimiste, innocent et simple."

    Osho: Apprendre à aimer 

     


    votre commentaire
  • Beaucoup de personnes cherchent sa mission de vie…

    « Bien sur, moi aussi j’ai cherché pendant longtemps ma mission ; j’avais la sensation profonde très intense que j’étais venu dans ce monde pour faire quelque chose. Et j’ai passé beaucoup d’années en train de la chercher jusqu’au moment où je me suis rendu compte que ma fonction dans la vie était apprendre à l’aimer de façon inconditionnelle, et ceci commence à nouveau par soi-même, et à cet instant même. Ma fonction dans la vie consiste à lui donner la bienvenue à cet instant tel qu’il est »

    Sergi Torres

    Saltar al vacio (Sauter dans le vide) 2014. Ediciones Presencia

     

    Notre mission de vie


    votre commentaire
  • Prends-moi, Seigneur,
    dans la richesse divine de ton silence,
    plénitude capable de tout combler en mon âme.
    Fais taire en moi ce qui n’est pas toi,
    ce qui n’est pas ta présence
    toute pure,
    toute solitaire,
    toute paisible.
    Impose silence à mes désirs,
    à mes caprices,
    à mes rêves d’évasion,
    à la violence de mes passions.
    Couvre par ton silence,
    la voix de mes revendications,
    de mes plaintes.
    Imprègne de ton silence
    ma nature trop impatiente de parler,
    trop portée à l’action extérieure et bruyante.
    Impose même silence à ma prière,
    pour quelle soit élan vers toi ;
    Fais descendre ton silence
    jusqu’au fond de mon être
    et fais remonter ce silence vers toi
    en hommage d’amour !

    Saint Jean de la Croix


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique